Thomann
Navigation
HOME
RETOUR
RECHERCHER
Fiches & Articles
Accueil
Amplis
Amplis_part2
Ampli_guitare
Balance
Compression
Connectiques
Console
Decibels
Delay
Egalisation
Enceintes
Frequences
Gate
Larsen
Micros
Micros_choix
Micros_placer
Mix
Phase1
Phase2
Processeur
Retours1
Retours2
Reverbe
Sono
Spatialisation
Électricité
Cables
Distribution
Electricite
Electricite2
Electricite3
Fiches
Fiches1
Fiches2
Eclairage
Impedance
Multibroche
Diffusion
Intro
Survol
Propagation
La WST
Les Sources
Details Techniques
Calculer
Deci_hexa1
Deci_hexa2
Dp_factor
Dp_factor2
Driverack
Filtre1
Filtre2
Filtre3
Filtre4
Niveaux1
 -Niveaux2
Sym_asym1
Sym_asym2
Testeurs
Les Calculateurs
DB en Volt
Distance Temps
Frequence-Distance
BW-Q
Absorption-Distance
Air Absorption
Note en Hertz
Reverberation
...à suivre

Thomann
Utilisez cette recherche pour comparez les prix de matériel ==>

Vous pouvez consultez ces fichiers en ligne ou les télécharger. Mais ne les piratez pas. Pas de publication ni de reproduction. Malheureusement je trouve parfois mes articles, publiés sur d'autres sites, sous d'autres noms - et sans mon autorisation, ce qui est illegal!!

Niveaux2

L'ÉTALONNAGE DES NIVEAUX


Les Niveaux - Part 2 => Part 1

Dans la première partie, j’ai expliqué la façon disons académique (et normalement utilisée) d’étalonner les niveaux de la chaîne audio. En milieu professionnel et avec du matériel professionnel, on procède souvent un peu différemment. Surtout dans le milieu du Rock nerveux, genre gros Rock’n Roll, Ska etc., où l’on cherche avant tout le « Gros Son » !
Je voudrais préciser que ce qui suit concerne les sonorisateurs confirmés avec un bon matériel professionnel. Si vous êtes plutôt débutant ou si vous travaillez avec du matériel d’entrée de gamme (Behringer etc.) conformez vous au guide des Niveaux Part 1, sinon vous risquez fort d’avoir des problèmes ou de casser du matériel, des HP et moteurs d’aigus en l’occurrence.

Un peu de théorie d’abord :

Dans les spécifications des consoles, on trouve aujourd’hui toujours plus ou moins les mêmes valeurs. Par exemple une Behringer à 150 euro affiche un niveau de sortie maximal de 26 dBu (15,5 Volts) et une amplification maximale de 60 dB (entrée Mic).
Vous trouverez ces mêmes valeurs pour une Midas ou une Soundcraft à 50000 euro ou plus.
Autant le dire tout de suite, il ne s’agit pas de mensonges mais plutôt d’absence de précisions concernant les détails et d’environnement de mesure.
Donc, même si une petite Behringer peut théoriquement assurer une amplification de 60 dB, ceci entraînera inévitablement d’affreuses distorsions et une vraie tempête de souffle assourdissant.
Même verdict pour le niveau maximal de sortie. Si vous mettez tout à fond, vous trouverez réellement les 26 dBu à la sortie, mais à une qualité exécrable et inutilisable.
Une Midas ou Soundcraft de bonne qualité, par contre, donnera un bon son pêchu et sans saturations notoires jusqu’au bout.
L’explication est simple : les fabricants de matériel bas de gamme se permettent de considérer que "saturation" correspond à saturation réellement audible et ils prennent comme seuil de mesure (souvent) 10% T.H.D. (Total Harmonic Distorsion). Tout ce qui se trouve en dessous est donc soi-disant tolérable.
Or il n’en est rien, car s’il est vrai qu’une oreille non exercée perçoit des saturations audibles à une fréquence de 100 Hz seulement à partir d’environ 20 à 30 %, il est vrai aussi que 3 à 5 % à 1 kHz sont clairement identifiés comme distorsion et une oreille exercée (ingé-son) est encore bien plus sensible.
10%, surtout sur l’ensemble de la bande audible correspond donc déjà à de vraies ondes carrées très peu musicales et même assez nocives pour les HP.
Les fabricants sérieux et professionnels partent généralement d'un seuil de 1% T.H.D. Ce qui correspond à une saturation dite visible car on voit les premiers angles apparaître sur un oscillographe. Certains fabricants consciencieux s’imposent même un seuil de 0,5%. Ces valeurs ne concernent ici, évidemment, que la sortie de console car, pour d’autres circonstances, les valeurs de seuil sont différentes (ampli de puissance par exemple => généralement 0,01% T.H.D.)

On utilise donc le fait qu’une bonne console encaisse très bien les niveaux au-delà du point 0 dB, pour gagner en dynamique et s’éloigner encore plus du niveau du souffle - je rappelle que la dynamique est l’étendue du son (niveau) le moins fort - donc forcément le seuil du souffle, car en dessous plus rien n’est distinctement audible - et le son (niveau) le plus fort.

Première étape : les PFL’s des signaux importants (comme la voix ou la Grosse Caisse) sont réglés à un niveau moyen de +3 à +5 dB avec des peaks qui ne devraient quand même jamais dépasser les 10 dB sous peine d’avoir affaire à de vraies distorsions (un compresseur de bonne qualité et finement réglé est vraiment indispensable !!!) Les autres tranches seront réglées autour de 0 à +3 dB.

La sortie Master sera conduite avec un gain de +6 à +10 dB (sur les vu-métres, ce qui nécessite un bon étalonnage de l’ampli de puissance. Ceci veut dire que l’ampli ne doit en aucun cas clipper à un gain d’entrée de 14 dBu (3,9 Volts). Certains amplis sont prévus pour encaisser de tels niveaux, d’autres non. Tous les amplis de bonne qualité ont une graduation calibrée en dB et l’on peut régler les potards directement sur la valeur voulue.

Exemple pour un ampli QSC avec un gain d’amplification de 32 dB et une sensibilité de +4 dBu : Le potard à fond indiquera alors 32 dB. Pour que l’ampli encaisse les 14 dBu, on règlera le gain d’amplification à 22 dB.
Exemple pour un ampli Yamaha avec une sensibilité de +4 dBu : Le potard à fond indiquera alors 0 dB. Pour que l’ampli encaisse les 14 dBu, on règlera le potard à 10 dB.
Exemple pour un ampli Crown : Presque tous les amplis Crown ont le choix du gain d’amplification (ou la sensibilité d’entrée), qui s’effectue via un petit commutateur à l’intérieur de l’appareil. Un gain de 26 dB est prévu pour l’utilisation avec processeur et à forte dynamique d’entrée. Ce réglage correspond à une sensibilité d’entrée d’environ 13 dBu et sera donc (presque) parfait pour notre configuration.
Dans tous les cas vous devez vérifier que l’ampli ne clippe pas quand la console affiche un niveau de +10 dB sur les Led’s (Vu-mètre). Dans le cas contraire, le potard qui règle la sensibilité de l’ampli devra être réduit de deux ou trois dB supplémentaires. Il sera prudent d’insérer également un limiteur entre la console et l’ampli. Ratio est alors réglé à l’infini, Output sur 0 dB Attac au plus rapide (donc tout à fait à gauche) et Release à un temps moyen vers 9 ou 10 heures ; le Threshold sera réglé sur le niveau de sortie de console (+10 dB en occurrence), tout en vérifiant que le limiteur entre en action avant le clip de l’ampli – en montant le master-fader de la console doucement au-delà des 10 dB.

Cet étalonnage ne se limite évidemment pas aux +10 dB ; on peut très bien aller encore plus loin, mais il ne faut pas oublier qu’une bonne partie du son (ou plutôt du niveau) ne sera pas forcément visible sur les Led’s. Il s’agit des "transients rapides", des peaks de niveau très rapides et puissants, comme par exemple l’attaque de la grosse-caisse, une poussée de trombone ou un pincement de corde sur la basse, un coup de gueule du chanteur etc , qui ont tous des "enveloppes" très puissantes. Il est donc nécessaire de laisser une bonne marge de sécurité, pour ne pas tout exploser en cas d’urgence.

Je le répète : restez très vigilants (au niveau des indicateurs de clip -Led rouge- et des saturations audibles) et ne faites pas ce genre d’expérimentation avec du matériel bas de gamme !!!

Ne faites pas ce genre d’expérimentation si vous n'avez pas déjà une bonne expérience et une bonne connaissance du matos utilisé !!!

Si vous arrivez sur un plateau avec une sono installée (en accueil), la première chose à faire est toujours de prendre connaissance des niveaux d'étalonnage du système et se mettre d'accord avec les techniciens de la maison.

Il m'arrive assez souvent que des sonorisateurs très "rock'n rollesque" arrivent et mettent tout à fond sans se soucier, de quoi que ce soit et sans avoir posé une seule question. C'est une attitude très pénible et irrespectueuse et finit souvent en engueulade.

A part cela en avant pour le gros son rock’n roll !!

© Ziggy - Décembre 2003

(retour en haut)

Vous pouvez consultez ces fichiers en ligne ou les télécharger. Mais ne les piratez pas. Pas de publication ni de reproduction. Malheureusement je trouve parfois mes articles, publiés sur d'autres sites, sous d'autres noms - et sans mon autorisation, ce qui est illegal!!