Thomann
Navigation
HOME
RETOUR
RECHERCHER
Fiches & Articles
Accueil
Amplis
Amplis_part2
Ampli_guitare
Balance
Compression
Connectiques
Console
Decibels
Delay
Egalisation
Enceintes
Frequences
Gate
Larsen
Micros
Micros_choix
Micros_placer
Mix
Phase1
Phase2
Processeur
Retours1
 -Retours2
Reverbe
Sono
Spatialisation
Électricité
Cables
Distribution
Electricite
Electricite2
Electricite3
Fiches
Fiches1
Fiches2
Eclairage
Impedance
Multibroche
Diffusion
Intro
Survol
Propagation
La WST
Les Sources
Details Techniques
Calculer
Deci_hexa1
Deci_hexa2
Dp_factor
Dp_factor2
Driverack
Filtre1
Filtre2
Filtre3
Filtre4
Niveaux1
Niveaux2
Sym_asym1
Sym_asym2
Testeurs
Les Calculateurs
DB en Volt
Distance Temps
Frequence-Distance
BW-Q
Absorption-Distance
Air Absorption
Note en Hertz
Reverberation
...à suivre

Thomann
Utilisez cette recherche pour comparez les prix de matériel ==>

Vous pouvez consultez ces fichiers en ligne ou les télécharger. Mais ne les piratez pas. Pas de publication ni de reproduction. Malheureusement je trouve parfois mes articles, publiés sur d'autres sites, sous d'autres noms - et sans mon autorisation, ce qui est illegal!!

Retours2

Exemple Concrètes  - Conseiles et Astuces - Recapitulatif - Lexique
(cliquez sur un thème)


LES RETOURS !!! C'EST L'HORREUR ?? (Part2)

Après une discussion très enrichissante sur le Forum, Jean-Marie Le Berre a bien voulu faire un petit condensé en forme d'un article. On a divisé cet article en deux parties pour plus de clarté. Voici donc la deuxième partie; bonne lecture....
Vous trouverez dans cet article des méthodes et astuces techniques pour mettre en œuvre un système de retours qui sera utilisable par vous mais aussi par les techniciens retours que vous accueillerez.

EXEMPLE DE PLATEAU RETOUR SIMPLE ET NORMES COURANTES.

Pour pouvoir travailler à plusieurs sur les scènes et être efficace, il existe des sortes de conventions qui sont très généralement partagées par les techniciens...
Comme pour les feuilles de patch micros, on retrouve un ordre logique d'affectation des départs AUX   de la console aux retours présents sur la scène.
Très généralement cette numérotation se fait de Jardin à Cour et de l'avant de la scène à l'arrière de la scène...
Mais il peut y avoir d’autres système  d’implantation ; par exemple dans le sens des aiguilles d’une montre ou à l’envers etc etc . Enfin si vous–faites la fiche tech de votre groupe essayez quand même de vous tenir au plus courant (de Jardin à Cour et de l'avant de la scène à l'arrière de la scène) ; vous faciliterez la vie à tout le monde !
De même par habitude, on retrouve généralement la console retours à Cour.

Voici un exemple de travail sur une fiche technique avec une demande simple. Le premier schéma représente la fiche technique d'un groupe, envoyé par leur tourneur français, d'un groupe anglais très célèbre (Il y a 20 ans).
Elle ne paye pas de mine, à moitié faite à la main, mais tout y est....(je l’ai refaite à l’ordi pour plus de lisibilité)
Pour l'histoire, deux des membres de ce groupe sont les « originaux » et j'ai pris une sacrée claque de Rock and Roll .... accrochez vous à vos guitares les jeunes... y a encore du boulot!!!
Ils tournent sans personne en technique, mais seulement un régisseur très exigeant ....pas mal de groupes (d’outre-manche ou d’outre-mer) font ça.


En lisant la fiche tech, il faudrait donc 3 circuits de retours un pour le guitariste, un pour le bassiste, un pour le batteur, plus un quatrième circuit avec trois wedges (un pour chaque musicien) qui sera réservé pour le mix des chœurs ; puis deux circuits Lead avec à chaque fois deux wedges pour le clavier/voix et le chant Lead.
Après concertation avec la prod on a pu simplifier  en proposant deux wedge par circuit pour chaque musicien (en laissant tomber le circuits « extra » pour les chœur) et des Sides pour un complément (par exemple les chœurs etc)
Voici en deuxième schéma, la petite implantation que j'avais préparée avant l’arrivée du groupe...
Tout le backline était loué et nous avons donc pris de l'avance en montant la batterie, les amplis, les claviers et patché toutes les lignes....
Quand le groupe arrive, on est sûr que tout fonctionne.

(haut de page)

Les chiffres en gras correspondent à mes départs AUX de la console.
Sur les côtés de scène se trouvent mes sides affectés aux départs 9 et 10 (scène 12m par 8).
Les retours sont linkés par 2 avec du câble HP pas trop long pour laisser la scène propre.
Quand le Régisseur du groupe arrive tout est déjà en place : retours, instruments, micros. Tout a été testé et fonctionne.
Mais la fiche technique reçue n'est plus la bonne, ce qui arrive assez souvent, malheureusement et nous faisons les quelques corrections nécessaires.

L'implantation finale sera donc celle-ci:

Avant de faire venir les musiciens sur scène pour les balances, leur régisseur me ferra aussi envoyer de la voix lead dans les retours du chanteur pour vérifier mon EQ.
Le niveau sera énorme et sans bas-mid, bien agressif à souhait...20 ans de carrière ont sûrement détruit les oreilles des musiciens.
Ce groupe jouera d'ailleurs « à l'anglaise » , chacun très fort chez soit (amplis qui clipent dès le deuxième morceau)  et rien d'autre....que du jus pure !

Et voici encore un autre exemple d'implantation de retours d'un groupe rock français assez connu (gros rock)!
Ils sont quatre sur scène ; le guitariste et le bassiste ont chacun deux wedges sur un circuit; le chanteur Lead a 4 wedges sur deux circuits. Le circuit au centre est réservé uniquement pour sa voix, rien d'autre; dans le circuit Lead2 il y a tout le reste du groupe (les instruments et les choeurs et encore sa voix). Le batteur a son système in-ear en mono (donc un seul circuit). Par contre pour avoir une bonne assise dans le grave et des sensations physiques, il lui fallait un Sub en plus (donc sur le circuit 6). Inutile de dire que ça déménageait gravissime sur scène avec un niveau de cheval pour tout le monde!

QUELQUES CONSEILS.

 Ce que l'on attend d'un sonorisateur retours

Chez  les techniciens qui travaillent depuis longtemps sur des concerts, il y a une idée assez unanime qui se dégage (je pense, même que parfois elle est inconsciente), Notre métier nous fait travailler  dans des conditions particulières de stress et de fatigue et le premier rôle d'un technicien, une fois qu’il a atteint une bonne connaissance de la partie technique, est de rassurer et mettre en confiance les personnes autour de lui.
Le technicien retour (je parle de celui qui à fait l'installation du matos) est particulièrement exposé car ce poste est souvent un des derniers maillons rattaché aux productions de groupes.  
Un groupe même assez petit vient souvent avec un technicien son façade, puis un éclairagiste, viennent ensuite régisseur, manageur, tourneur.....et éventuellement un technicien pour les retours.
Cela veut dire qu'en faisant les retours vous pouvez être amené à être la seule personne inconnue du groupe qui "bosse" sur le concert....
Il faut être efficace tout de suite, on vous jugera dès la première minute de balance (et même avant), et c'est vous qui impulsez (enfin presque) l'ambiance de la journée et du concert.

 Pour le son en général:

Il faut connaître parfaitement son matos et l'avoir (si on peut) choisi/loué en fonction du plan que l'on doit faire. Taille de scène, type de salle, style de musique que l'on doit sonoriser.
Avoir un routing simple sur sa console et bien repéré. Des branchements les plus propres possibles, on évite le "spaghetti de câbles" en utilisant des multipaires et des boîtiers de répartition sur scène, le tout accessible rapidement.
Tout cela pour pouvoir intervenir le plus vite possible en cas de panne ou de souci. Et il y en a toujours ou presque.
Prendre le temps d'installation et de calage nécessaire pour que, quand le premier groupe arrive vous puissiez dire bonjour à tout le monde, voir proposer une petite limonade si c'est votre heure...
Si vous êtes toujours dans vos câblages et vos pannes diverses, vous allez ramer pour retrouver la confiance de tous...

 Pour le son retour particulièrement:

LEVEZ LA TETE !! Toujours! Toujours! C'est par le regard et des signes bizarres que les musiciens vous parlent. Rien de mieux pour énerver des zicos que de chercher en permanence le regard du sondier retour (qui fait l'autruche dans sa console car il se pose des questions sur son fonctionnement ou passe 10 minutes sur un souci technique ou une erreur de réglage).
Écoutez systématiquement le retour (AFL du départ) du musicien pour lequel vous travaillez..
Il faut aussi trouver les repères de niveau sur son écoute monitor/témoin. Le niveau AFL quand on écoute le circuit (aux-send) d'un musicien, sera  normalement celui sur lequel se trouve le fader de sortie d' AUX. A vous de trouver le niveau de PFL ( attention il sera beaucoup plus fort ).
Si vous avez le temps, et il vaut mieux d’avoir le temps qu’il faut (!), préparez systématiquement une égalisation retour au technicien que vous allez accueillir.
Ca vous entraîne, et si elle est bonne, vous avez gagné la confiance du technos.
Certains ne l'écouteront même pas, remettent tout à plat et corrigent eux-même tant pis (ça aura fait un petit exercice pour vous).

Pour l'alime phantome

Pensez au fait que l'alime phantome ne sera envoyée que d'une seule des deux consoles. Le fait d'envoyer du double phantome, ne détruira rien, mais créera à coup sûr des bizarreries et du buzz !!
À vous de voir si vous l'envoyez par la console de face ou celle des retours. Sur les grands plateaux (et festivals etc) le phantome est généralement géré par le technos retours. La raison est simple : c'est lui qui a le plus de boulot de réglage en amont et en gérant le phantome lui-même il est indépendant de la face (et ne doit pas demander toutes les deux minutes d'envoyer ou d'éteindre l'alime sur telle ou telle ligne! (- important aussi pour brancher et débrancher les lignes "sous tension"). Ceci nécessite évidemment que toutes les sources soient reprises par la console de retour, ce qui n'est jamais (ou rarement) le cas sur un petit plateau.
Sur un petit plateau on économisera des lignes si possible (pour passer avec une console plus petite et avoir moins de câblage etc) et on ne mettra que les sources vraiment nécessaires (exit par exemple les Over-Head; exit aussi les micros en doublure (souvent des statiques etc)
Donc dans ce cas précis l'alime phantome doit évidemment être gérée par la console de face !

ASTUCES, RÉGLAGES ET RÉCAPITULATIF

Quelques trucs à faire attention :

  • Pour les circuits à wedges couplés, soignez particulièrement le positionnement et l'égalisation.
  • Selon la directivité du micro (cardio, supercardio, hypercardio etc) le positionnement des retours est réellement différent !
    Pour un Beta58 (qui est supercardio), les wedges se trouveront à 120° et 240° par exemple et pour un SM58 les wedges se trouveront idéalement pile en face à 180°(et alignés)
  • Faites attention aussi aux effets de couplage des enceintes entre elles pour la phase et les lobes de fréquences (filtrage en peigne)
  • Soignez particulièrement l'inclinaison du wedge et sa distance => le son doit arriver pile aux oreilles et non pas aux genoux du chanteur ou musicien!! Ça a l'air bête mais vous constaterez que beaucoup de chanteurs (ou musiciens en générale) ont du mal à se tenir à bonne distance du wedge et puis ils vous insultent parce qu'ils n'entendent rien!! Ce n'est pas la ultra-proximité qui fait du bon son puissant, bien au contraire !
  • Pour les départs solo (1 wedge) il faut leur faire une EQ aussi....il y aura normalement moins de corrections car pas de zone de couplage (et pas de lobes).
    Si l'on garde la même correction que celle pour deux wedges elle risque de « bouffer » le son et c'est à ce moment là que ça devient galère car on générera des larsens en voulant monter trop le volume.
  • Pensez au fait que le corps fait réflecteur. Un micro tout près d'une bouche grande ouverte risque d'accrocher très rapidement. Déjà le fait que le chanteur approche son visage du micro peut déclencher un larsen. Les mains qui bouchent les orifices arrière (genre rappeur gangster), ça change la directivité du micro.... au pire un cardio peut devenir omni ! Certains chanteurs bouchent carrément toute la boule; cata et larsen promis!
  • Pensez aussi au faite que beaucoup de chanteurs/chanteuses laissent à un moment donné tomber le bras la main avec non-chalance et le micro pointe tout droit dans le retour. Vérifiez que cela puisse se faire sans larsen (toute fois en respenctant une distance raisonnable)
  • Très important aussi: Tout le monde entend (ou capte) mieux sur une oreille par rapport à l'autre. Faites donc des essais (et surprenez des musiciens incrédules!) en changeant le retour de place. Une fois de plus la constellation wedge, micro et musicien doit être absolument parfaite pour avoir un maximum d'efficacité sonore.
  • Pensez aussi à l'interférence entre les divers wedges. Veillez qu'un musicien ne prend pas en pleine gueule le retour de son voisin de musicien !
  • Essayez le bouton d'inversement de phase pour améliorer certains aspects. C'est ici sur ue console de retours que ce truc a sa plus grande importance !! Une grosse caisse i,nexistante peut réapparaître comme par miracle après avoir inversé sa phase. Une section de cuivre peut devenir plus claire quand on inverse certains des micros qui sont très proches les uns aux autres etc....
  • Revérifier les micros sensibles et leur retours respectifs, en l'occurrence tous les micros chant, les vents et cuivres etc (flûtes, sax etc) avant le concert.
  • Pensez au fait que le public dans la salle va changer beaucoup de facteurs qui influent directement sur le son. Il n'est pas rare que tout se passe bien aux balances et le soir venu, à l'heure du concert, ça part direct vers l'enfer dès qu'on ouvre tous les micros !!
    À ce sujet faites des essais après les balances en jugeant la marge qui vous reste - monter les généraux et aussi les sources sensibles pour s'assurrer qu'on a suffisamment de headroom (marge)!
  • Faites TOUJOURS(!) un essai avec tous les micros et circuits ouvert et la diff de face bien ouverte aussi. Le phénomène de larsen est réellement un phénomène de phase. Donc le fait d'ajouter une ou plusieurs sources , en l'occurrence la diff et surtout le front-fill etc change le comportement de phase des sons sur scène.

LEXIQUE ;o)

    • Musicien: Alcoolique gagnant sa vie comme les ménestrels autrefois.
    • Sonorisateur retour: technicien, voir ingénieur du son qui a la "loose", s'est levé en retard, à fait de grosses conneries sur le plan précédant et doit se faire oublier du grand public, et/ou stagiaire lèche cul en maîtrise de son à la Fac.
    • Plan: nom donné à une journée de travail entre 8 et 30heures consécutives
    • Ecoute: pour le sonorisateur retour c'est comme qui dirai son casque audio. Un voire généralement deux wedges qui lui permettent de contrôler ce qu'il envoie dans les retours des musiciens.
    • Départs: Ce sont les envois de son provenant de la console retour. Ils partent de la console, traversent bien des embuches et arrivent par différents moyens aux oreilles des musiciens (et si le musicos n'est pas trop sourd, même jusqu'aux tympans).
    • Technicien: nouvel esclave, certains disent aussi "artiste manqué" !
    • Bosse ! : du verbe bosser. Dans les métiers du spectacle cela veut dire : arrêter de parler pour se mettre en avant, s'activer physiquement et cérébralement afin de participer activement au bon déroulement du plan.
    • Ce Lexique reste à compléter.... :o)

Nous voilà arrivé aux termes de la deuxième partie ; j'espère que certains auront trouvé quelques tuyaux à utiliser sur leur prochain plan !
à suivre…..

© Jean-Marie LeBerre,  Février 2009

(haut de page)

Vous pouvez consultez ces fichiers en ligne ou les télécharger. Mais ne les piratez pas. Pas de publication ni de reproduction. Malheureusement je trouve parfois mes articles, publiés sur d'autres sites, sous d'autres noms - et sans mon autorisation, ce qui est illegal!!