Thomann
Navigation
HOME
RETOUR
RECHERCHER
Fiches & Articles
Accueil
Amplis
Amplis_part2
Ampli_guitare
 -Balance
Compression
Connectiques
Console
Decibels
Delay
Egalisation
Enceintes
Frequences
Gate
Larsen
Micros
Micros_choix
Micros_placer
Mix
Phase1
Phase2
Processeur
Retours1
Retours2
Reverbe
Sono
Spatialisation
Électricité
Cables
Distribution
Electricite
Electricite2
Electricite3
Fiches
Fiches1
Fiches2
Eclairage
Impedance
Multibroche
Diffusion
Intro
Survol
Propagation
La WST
Les Sources
Details Techniques
Calculer
Deci_hexa1
Deci_hexa2
Dp_factor
Dp_factor2
Driverack
Filtre1
Filtre2
Filtre3
Filtre4
Niveaux1
Niveaux2
Sym_asym1
Sym_asym2
Testeurs
Les Calculateurs
DB en Volt
Distance Temps
Frequence-Distance
BW-Q
Absorption-Distance
Air Absorption
Note en Hertz
Reverberation
...à suivre

Thomann
Utilisez cette recherche pour comparez les prix de matériel ==>

Vous pouvez consultez ces fichiers en ligne ou les télécharger. Mais ne les piratez pas. Pas de publication ni de reproduction. Malheureusement je trouve parfois mes articles, publiés sur d'autres sites, sous d'autres noms - et sans mon autorisation, ce qui est illegal!!

Balance

étape1 - étape2 - étape3 - étape4 - étape5 - étape6 - Conclusion
(cliquez sur un thème)


Introduction

Pour pouvoir faire une bonne sonorisation en concert, il faut déjà commencer par faire une bonne balance.
Vous êtes nombreux à me poser des questions sur la balance et le chemin à suivre. Il n'y a, comme toujours, pas de régles fixes, mais un peu d'organisation et de discipline feront pas de mal.
Je décrirai ici les étapes très explicitement, disons pour qu’un débutant puisse faire une balance dans les règles de l’art. Libre à vous de sauter quelques étapes, surtout si vous êtes déjà à l’aise en sonorisation et si vous tournez par exemple toujours avec le même groupe.
Il y a, cependant, quelques conventions à respecter, surtout quand vous travaillez sur des plateaux avec d’autres groupes et d’autres sonorisateurs.

Première étape - La préparation du Patch

Mieux la balance est préparée, plus vite vous obtiendrez des résultats satisfaisants et plus vite on s’approche du son.

La toute première chose à faire est d’établir une "patch-liste" (si elle n’est pas déjà fournie par le groupe). Cette patch-liste (ou "patch" tout court) fait partie de la fiche technique d’un groupe, tout comme le plan de scène qui indique la position des instruments, des musiciens, des micros, des retours etc
Il est de bonne coutume de commencer toujours par la batterie, suivie par la basse, les percussions, guitares et cordes, claviers, vents, ensuite les voix et l’on finit par les périphériques : retours d’effets, platines cd et micro d’ordre.
Vous pouvez voir ici un exemple de patch très complet en 32 voies et un autre, plus réduit, en 12 voies. Si vous ne savez pas trop à quoi une fiche technique ressemble, vous pouvez télécharger quelques exemples (exemples zippés=> 500ko)
Avec le plan de scène et le patch, le sonorisateur installe déjà une grande partie des micros et les câble sur le boîtier de scène ou la console avant l’arrivée du groupe.

Rien de plus énervant qu’une bande de musiciens tout excités qui courent partout sur la scène tout en jouant à fond la caisse (chacun pour soi) pendant qu’on essaie d’installer les micros et de tirer les câbles ! - Ceux qui ont déjà fait l’expérience d’un surprenant coup de Grosse-Caisse pendant qu’on a la tête dedans ou d’un "riff-marshall-à-fond-qui-tue", quand on a l’oreille à 10 centimètre du baffle, savent de quoi je parle !!
Veillez aussi dès le départ à tirer les câbles le plus regroupé possible et surtout pas là où ça bouge le plus pendant le concert. Les santiags d’un chanteur viennent à bout en un rien de temps de n’importe quel câble qui traîne !!

Donc, reprenons :

  1. Vous mutez la console ou vous éteignez les amplis
  2. Vous préparez les micros et les câbles (d’après patch et plan de scène)
  3. Les musiciens installent leur matériel
  4. Vous finissez l’installation, sans que les musicos jouent, en mettant tout en place (micros batterie etc, retours), vous rangez les câbles
  5. Les musiciens règlent leurs sons
  6. Et vous vous installez enfin devant la console

(haut de page)

Deuxième étape – Préparation de la Console

  • - On tombe tous les gains et tous les aux-sends au minimum (à fond à gauche),
  • - On mets les eq’s en by-pass ou l’on règle les gain des eq à 0.
  • - On tombe tous les faders au minimum.
  • - On met l’alime phantom sur les tranches de micros statiques et DI actifs
  • - On mute toutes les tranches

On aura, bien entendu, étalonné le système préalablement (voir la fiche "niveaux" dans Details Techniques) et si possible préparé quelques presets d’effets dont on aura besoin – notamment une reverbe courte pour les instruments, une longue pour le chant et les instruments lead ou certains vents et un delay etc (voir ma fiche "reverbe" et "delay")
On aura préparé les inserts (eq ou compresseur/limiteur/gate etc) sur les tranches les nécessitants, mais en laissant les processeurs en "by-pass".
Si on a le temps, on fera rapidement un petit "chec" de tous les micros, pour s’assurer que tout fonctionne et que tout soit câblé correctement.
Commencez avec les master fader à –5 dB. Ne commencez jamais une balance avec les volumes au plafond. Le résultat sera à coup sûr désastreux.

(haut de page)

Troisième étape – Les Réglages

Par habitude on commence toujours par la batterie, tout en progressant de gauche à droite (sur la console), mais rien ne vous empêche de commencer par la guitare par exemple, si le batteur n’est pas encore arrivé…. Dans tous les cas la meilleure façon est de progresser instrument après instrument en veillant à ce que les autres ne jouent pas quand on règle un instrument.

La Rythmique :
On fait un premier niveau sur la Grosse Caisse avec le gain et le PFL à ce que les Led’s indiquent 0 dB et l’on monte doucement le fader volume jusqu’à 0 dB. Mettez l’EQ et essayez de trouver la belle couleur, tout en atténuant les vilaines fréquences. Le bon procédé pour trouver ces vilaines fréquences est de mettre le gain du paramétrique à +6 dB et de balayer lentement les fréquences. Vous entendrez facilement quand le son deviendra vilain et vous atténuerez donc ensuite cette fréquence à –3 dB (ou plus – voir aussi ma fiche "les fréquences").
Surveillez de près le PFL pendant l’égalisation, car celle-ci a une influence sur le gain, qu’il faut donc réajuster de temps à autre. Il peut être nécessaire aussi de réajuster la position du micro ce qui joue beaucoup sur le son obtenu (notamment pour la GC, CC et les overhead)
Une fois que vous avez trouvé un son qui vous convient, vous enclenchez le compresseur et vous le réglerez en conséquence (voir la fiche "compression"). N’oubliez pas de comparer constamment avec le by-pass et de réajuster le gain (pour être sûr d’aller dans le bon sens, car l’oreille est traître et s’habitue très vite à de nouvelles sonorités et couleurs !!). À la fin, vous réglerez le gate (s’il y en a) assez serré pour qu’il ne s’ouvre pas en tapant sur la Caisse Claire.
Personnellement je règle la GC dès le départ un peu au-dessus du 0 dB (avec une compression bien serrée, d’au moins 6 :1 de ratio et pas mal de réduction) pour avoir un peu plus de pèche, mais attention, car sur une console d’entrée de gamme (genre Behringer), ça ne donne rien de bon et il vaut mieux se tenir au 0 dB !
On mute alors la GC et l’on règle Caisse Claire et Charlet, un après l’autre mais en laissant les deux tranches ouvertes car ces deux micros s’influencent beaucoup mutuellement. Une fois la belle couleur trouvée on ajoutera un peu de reverbe via les auxiliaires à ces deux tranches. À la fin, on demandera au batteur de jouer un petit rythme simple sur GC, CC, Charlet, juste pour voir si le son est cohérent.

On remute de nouveau et on ouvre les tranches des toms. Comme noté plus haut, il vaut mieux laisser toutes les tranches "Toms" ouvertes pendant qu’on les règle l’un après l’autre surtout quand on n’a pas de gates. On ajoutera également un peu de reverbe, mais moins que sur la CC, voire rien sur le tom-floor.
Le réglage des gates (s’il y en a) peut prendre pas mal de temps, car il faut les régler avec beaucoup de finesse à ce qu’ils s’ouvrent uniquement pour chaque tom et non pas sur un coup de CC ou de Tom voisin tout en gardant l’intégralité de la dynamique de frappe du batteur - un vrai casse-tête, qui fera vite le trie du matériel bon marché par rapport aux gates de qualité (Drawmer DBX etc)
À la fin, le batteur frappera d’abord des coups simple en aller-retour et l’on fera particulièrement attention à la cohérence de l’ensemble : les volumes doivent être équilibrés et les sons doivent se distinguer d’un tom à l’autre sans qu’un tom sorte de l’image de l’ensemble. Fermez les yeux et écoutez attentivement.
On revérifie une dernière fois avec des roulements rapides.
Un placement avec les panoramiques donne des effets impressionnants et aide aussi à la construction d’une image large et d’une perception distincte des toms.

Jusqu’ici il faut déjà avoir prévu l’ajout des micros Overhead qui apporteront de la présence et des harmoniques fines à l’ensemble (ne mettez donc pas trop d’aigus ni trop d’effet –reverbe sur le son des fûts).

Okey; on remute le tout et on ouvre les Overhead (panoramique à fond à gauche et droite).
Personnellement je procède comme suit: (mais nombre de collègues font le chemin exactement à l’envers… À vous de voir.)
Je demande au batteur de jouer un rythme simple mais complet (avec charlet, ride, roulement de temps à autre) et je règle les Overhead sur cela. Le PFL est généralement pas nécessaire. Je mets le faders-volume vers –3 dB et j’ouvre lentement le gain jusqu’à avoir la quantité de son nécessaire, ensuite je règle l’eq à ce que le son ne soit ni trop agressif ni trop mat (s’il y a un passe-haut, on peut le régler sur 400 Hz et il faut souvent atténuer un peu autour de 2 kHz). Peut-être faut-il revoir la position des micros, si par exemple la CC sort trop fortement.

S'il n'y a pas de micros pour les Toms et les Overhead doivent donc prendre ces fûts, on réglera le coupe-bas vers 150 ou 200 Hz et on fera particulièrement attention d'obtenir un son équilibré entre les Cymbales et les Toms

Je vérifie sur des coups de "crash" que le gain n’est pas trop fort et que l’entrée micro ne sature pas et puis j’ajoute une tranche après l’autre, tout en réajustant les eq’s au fur et à mesure afin d’obtenir un ensemble homogène, cohérent et puissant.
C’est un passage très délicat et il n’y a malheureusement pas de conseils précis (et à suivre à la lettre) à donner pour cela. Il faut rester attentif et essayer d’écouter l’ensemble. Mutez certaines tranches pour avoir une idée de l’interaction des différents micros, affinez l’égalisation tout en sachant que si, par exemple, vous ajoutez des aigus sur le Charlet, ceci va se répercuter sur la Caisse Claire etc.

La Basse.
Réglez le gain avec le PFL, l’égalisation approximativement et la compression (s’il y en a) et demandez une tourne basse batterie pas trop énervée.
C’est dans ce contexte qu’il faut affiner l’égalisation et trouver les bons réglages afin que basse et batterie cohabitent bien ensemble. Pensez à ne pas surcharger certaines bandes de fréquences (les graves en occurrence – voir aussi ma fiche sur le "mix")

S’il y a des percussions, on les règle d’abord tranche par tranche et on les insère ensuite dans l’espace Basse/Batterie existant avec toujours le même souci de cohérence.

Les Autres
Ensuite c’est la pause pour la section rythmique et l’on continue à régler instrument après instrument, tout en faisant des essais de sous-ensemble s’il le faut.
Si par exemple il y a deux guitaristes, on veillera d’abord que les différents sons de chaque guitariste soient étalonnés (son clean son saturé etc) mais aussi que les deux guitares soient étalonnées entre eux – donc on les fait jouer des petits passages ensemble (sans aucun autre instrument)
Pareillement pour une section de cuivre. Une fois réglé chaque instrument, il faut trouver un son cohérent pour l’ensemble des vents.

Les Voix
On finira avec les réglages des voix avec un soin particulier pour la Voix-Lead.
Gain, Égalisation et Compression doivent être réglé avec finesse et au plus fort. Comme pour la GC, je mets le gain dès le départ à quelques dB au dessus du 0 dB. Si les retours sont réglés depuis la régie façade, on ajuste tout de suite les niveaux retour des voix et particulièrement de la Voix Lead.

N’oubliez pas d’utiliser les sous-groupes pour gérer plus facilement les volumes des différents sous-ensembles (rythmique, cuivres, claviers, choeurs etc)

(haut de page)

Quatrième étape – Le Mix instrumental

Le groupe va d’abord jouer un morceau pas trop énervé et sans chant et l’on commence par demuter la section rythmique, qu’on a déjà mis en place et qu’on a éventuellement balancé sur un sous-groupe.
On y ajoute alors un instrument après l’autre, mais dans un premier temps jamais tous à la fois. Vérifiez que chaque instrument s’intègre bien dans le mix existant et affinez les réglages eq et gain s’il le faut. À un moment donné et après avoir fait plusieurs fois le tour des instruments en particulier (solo), vous devriez arriver à obtenir un mix satisfaisant de l’ensemble. Soyez attentifs aux conseils que j’ai donnés dans la fiche sur "le mix".
Ne vous laissez pas trahir par vos oreilles et une écoute trop ciblée. Le cerveau a la fâcheuse tendance à nous faire entendre ce qu’on a envie d’entendre. Un enregistrement sur un MCD peut bien aider à obtenir une écoute plus objective.

Tant que le mix instrumental n’est pas en place, ce n’est pas la peine d’ajouter les voix (qui ne feront que dérouter l’écoute encore plus)

(haut de page)

Cinquième étape – Le Mix finale

Si vous avez correctement réglé la tranche de la voix (toujours avec un gain un peu plus fort que les autres instruments), si le micro chant est de bonne qualité ainsi que le preamp de votre console (ou preamp inséré.. ?!) , si votre compresseur est réglé avec justesse et si vous avez un système de diffusion correcte (- je sais : ça fait beaucoup de si…), vous ne devriez avoir aucun problème avec cette étape. La voix devrait trouver tout de suite "sa place juste" dans le mix existant. Si ce n’est pas le cas, revoyez un peu les points plus haut (notamment gain et compression).
Une voix d’homme gagne vite en présence quand on relève un peu les 2 à 3 kHz. Si la voix semble trop noyée, revoyez les instruments qui se trouvent sur cette bande de fréquence (guitare électrique, certains synthés etc).
Peut-être y a-t-il aussi trop de graves dans l’égalisation de la voix. En live, on n’en a pas tellement besoin et le passe-haut devrait être réglé sur 120 Hz. Une fois débarrassé des graves gourmands et en même temps si embrouillant, on pourra remonter le gain de quelques dB’s.
Pensez à libérer de la place au milieu du mix en jouant avec les panoramiques. Ainsi l'ensemble gagnera en clarté.

(haut de page)

Sixième étape – Vérifications et retours

C’est le moment pour le groupe de s’énerver ! Le groupe devrait jouer des extraits représentatifs de son répertoire, afin que vous ne soyez pas surpris quand ça vire au "pogo grave" à un moment donné. Il faut également vérifier si les niveaux et la cohérence de l’ensemble tiennent toujours la route sur les morceaux énervés (afin qu’ça ne devienne pas énervant !)
Prévoyez aussi, qu’un groupe chaud en plein concert joue toujours plus fort qu’à la balance et certains Led’s de clip s’allumeront en beau rouge… !!!
Pendant cette étape, on réglera aussi les retours pour chaque musicien si ce n’est pas déjà fait.

C’est aussi le moment de faire jouer votre anti-larsen (si vous en avez un) et d’affiner les réglages des eq’s de diffusion-retour et façade en fonction des besoins et du son générale.
Testez aussi jusqu’où vous pouvez pousser les volumes, notamment sur la voix lead (larsen ?) et le général (clip des amplis).
Pour ne pas avoir de problèmes pendant le concert, on devrait pouvoir pousser la voix au moins de 5 dB sans accrochage. Cette marge est vraiment nécessaire pour pouvoir suivre le chanteur dans la dynamique d'un concert.

Personellement je veille toujours à ce que mes fader-volume soient tous alignés à 0 dB (en étalonnant avec les gains). Ainsi j'ai un bon départ pour le concert - où je ne toucherai d'ailleurs que très rarement aux "gains", travaillant surtout sur les faders et les eq's.
Ceci dit, il faut bien entendu surveiller ces gain au cas où le guitariste se laisserait emporter à monter son volume et puis de monter son volume et puis de....(casse burne classique et énervant!!)

CONCLUSION

Comptez pour une bonne balance (dans les règles) 1 à 2 heures. Si le groupe est bien préparé (mise en place des instruments et du jeu) et si les musiciens sont disciplinés, on avance assez vite, une fois que la rythmique est en place. Les musiciens et groupes débutants demandent souvent plus de temps, car leur truc n’est souvent pas bien en place et l’on aura forcément beaucoup plus de mal pour les réglages du son et des retours qu’avec un groupe expérimenté.

Comme je l’ai déjà dit dans l’intro, on n’est pas du tout obligé de se tenir à cette fiche "Balance", étape par étape.
Je sonorise assez souvent des Blues-mens américains et ces gars-là n’ont pas du tout envie de gaspiller du temps et de l’énergie avec les balances. Il faut faire vite, car ils deviennent vite impatients. Dans ces cas, je commence les réglages directement sur une tourne basse batterie, ensuite j’ajoute guitare, clavier et voix et à la fin je vérifie deux trois points en particulier et en solo (notamment la grosse caisse, la résonance des toms, la voix etc) et voilà les musiciens libérés au bout de 20 minutes.

Surtout si vous travaillez sur un plateau avec d'autres groupes ou si vous êtes accueilli avec du matériel pré-installé, pensez à remettre la console à zéro après le concert:

  • - On mute toutes les tranches
  • - On tombe tous les gains et tous les aux-sends au minimum (à fond à gauche),
  • - On mets les eq’s en by-pass ou l’on règle les gains des eq à 0.
  • - On tombe tous les faders au minimum.

Et puis voilà, il ne me reste plus qu'à vous souhaiter bon courage ...!

© Ziggy - Janvier 2004

(haut de page)

Vous pouvez consultez ces fichiers en ligne ou les télécharger. Mais ne les piratez pas. Pas de publication ni de reproduction. Malheureusement je trouve parfois mes articles, publiés sur d'autres sites, sous d'autres noms - et sans mon autorisation, ce qui est illegal!!